Dal Vivo

Dal Vivo

Dal Vivo

Flop Lefebvre

Les 19, 20, 21 et 22 mars à Cergy, les 26 et 27 mars à Arnouville

Construction, « dal vivo ! / sur le vif ! », d’un tableau de lumière.

En regard et à partir d’un dispositif désuet, manipulé et éclairé entièrement à vue, apparait sur le mur une image vivante et fragile. Une peinture éphémère dans laquelle les particules de lumière remplacent les pigments. Le « tableau-témoin » d’un instant au cours duquel les reflets, les ombres, le flou et le net s’organisent au gré des tentatives et des accidents en une composition empirique et poétique. Performance sur le geste et la lumière pour tous les publics dès le plus jeune âge.

Conception et interprétation : Flop Lefebvre
Crédit photo : Jef Rabillon

Co-production Le Channel, Scène Nationale de Calais – A.T.H. Associés, Lili Désastres.

Chronique

Flop est un cinéaste sans caméra, ni pellicule, qui cherche à donner aux objets les plus familiers une deuxième chance d’exister. En faisant confiance à l’aléatoire, à l’accident, il les éclaire pour qu’ils se projettent et se révèlent sur grand écran sous une forme dont il ne soupçonnait pas l’existence. Artisan du peu, il dispose au sol de petites choses bien choisies qu’il affectionne (bouquet, bougie, fleurs séchées, verre, …) et il s’arme des outils les plus rudimentaires pour mieux réussir à les métamorphoser: lentilles, miroirs, diapos, bouts de scotch suspendus ici ou là, petits mécanismes bricolés maison. Puis, un peu comme un chat, lentement, il se déplace, s’approche de chacun des objets et dirige sur eux le faisceau de sa lampe. De natures mortes figées, ils deviennent alors des ombres portées chargées d’une énergie vibrante. Dans un mouvement perpétuel et toujours inattendu, rythmées par le son des rouages de ses machines fragiles, les ombres se colorent, s’effacent, se métamorphosent, se relient les unes aux autres pour composer d’incessants paysages qui finissent par se fondre dans le cosmos. Le regard rivé sur la toile, comme au cinéma, on part en voyage dans un autre monde dont chacun, enfant et adulte, peut se raconter l’histoire. C’est tout simplement magique !

Dominique Duthuit