Plus riche que moi, y’a pas !

Crédit : Thierry Gary

Plus riche que moi, y’a pas ! – Un souvenir d’avenir

Film documentaire

30 années d’expériences militantes, artistiques et culturelles aux côtés des habitants de Villiers-le-Bel – Constituer une mémoire collective

2021

Filmer et témoigner aujourd’hui ce que l’on a réalisé hier pour enrichir les pensées et actions de demain. 

Agnès Desfosses

Ce projet a pris la forme d’un film documentaire d’une cinquantaine de minutes réalisé à partir d’une quinzaine d’interviews filmées d’une vingtaine de personnes d’Ile-de-France et plus particulièrement d’une ville de la banlieue Nord : Villiers-le-Bel. Ce film se nourrit également de documents d’archives personnelles des personnes interviewées, d’archives de la Compagnie ACTA (Association de Création Théâtrale et Audiovisuelle) ainsi que de documents du domaine public : photographies, extraits de films et autres documents allant dans le sens du propos.

Par ce film réunissant trois axes de travail principaux, il s’agit de rendre visible 30 années d’expériences artistiques et culturelles aux côtés des habitants de la ville et d’initier un nouveau projet en repartant sur les traces des protagonistes historiques de cette mémoire collective. Les trois axes mettent en lumière les héritages contemporains d’anciens projets liés aux différents contextes et évènements historiques du territoire de Villiers-le-Bel. Nous en avons la mémoire vivante, contemporaine.

  • Les mémoires collectives liées à l’art et la culture avec :

– « Exil, scène d’intérieur » (spectacles en appartement pour faire venir l’art et la culture chez les habitantes de la ville, souvent exclues de la vie culturelle)
– Pour se sentir d’ici : des défilés de rue et des projections sur les immeubles de Villiers-le-Bel de photographies des pays d’hier avec des photos d’aujourd’hui des habitants des quartiers de la ville.
– « Debout ! » (Un spectacle ayant regroupé 90 habitants, danseurs, comédiens suite à la mort d’un enfant de la ville, en 2010 : une mort de trop…)

  • L’engagement social et sociétal sur le territoire beauvillésois à travers l’expression culturelle : Mise en avant d’un moment charnière

– Par la création du collectif du 29 juin en 2010 (suite à la disparition tragique d’un enfant de la ville, des membres de la société civile, et essentiellement des femmes de la ville, forment un collectif afin de renouveler et créer des liens avec l’ensemble des institutions (police, éducation, transport…) et d’animer des réunions publiques réunissant les habitants et des représentants de ces institutions).
– Par un travail au long terme, les formations et rencontres qu’Agnès Desfosses avait initié sur le territoire auprès des services de l’enfance et de la culture pour créer des liens entre culture française /cultures du monde par la mise en lumière des pratiques de chacune, notamment autour de la naissance et de l’éveil du tout-petit.

  • La création de nouveaux « Souvenirs d’Avenir » avec la réalisation d’interviews de nouveaux protagonistes dont les mémoires individuelles de l’exil, la migration et l’installation en France sont encore tues ou tronquées :

Il s’agit ainsi de s’engager pour une mise en valeur de ces mémoires nécessaires, surtout lorsqu’elles s’engagent pour des valeurs culturelles et démocratiques fortes porteuses d’avenir : par ces interviews filmées, ce projet souhaite contribuer à un bien-être intergénérationnel à Villiers-le-Bel et au-delà.

« Par ces témoignages de ces vécus singuliers et collectifs, ces épreuves et connaissances : donner du recul, partager l’expérience du passé, la rendre disponible à l’avenir. »

Agnès Desfosses